Des nouveaux gratte-ciels entièrement construits en bois aux tiny house: les logements du changement?


Slow housing / mercredi, mai 13th, 2020

C’est une première: la construction du prochain immeuble à appartements dans la ville d’Anvers sera en majorité composé … de bois ! En effet, un architecte japonais a dessiné les plans d’une tour résidentielle en la matière la plus noble qu’il soit: le bois.

La tendance s’est déjà concrétisée sur le territoire norvégien où une tour résidentielle entièrement construite en bois s’est érigée l’an dernier. Au Canada, dans la ville de Vancouver, il s’agit d’une résidence estudiantine qui s’est vue érigée dans cette noble matière. Si l’engouement pour le bois dans le secteur de la construction n’est pas neuf, il est susceptible de prendre un véritable envol lors de ces prochaines années. Même la société mère de Google, Alphabet, a pris le train de cette nouvelle tendance en investissant dans la construction de 12 tours résidentielles dans un quartier de Toronto. Même chose dans la ville de Londres, ou au Japon où il serait prévu de construire une tour qui afficherait une hauteur de 347 mètres !

Les avantages sont nombreux: le bois est, sans conteste, plus durable. La matière première utilisée ici est ce que l’on nomme le CLT ou bois lamellé-croisé, technologie qui permet une construction plus rapide et plus solide. De plus, les méthodes traditionnelles de construction ainsi que la maintenance semblent générer un tiers de tous les gaz à effet de serre, là où le bois, transformé en bois lamellé-croisé, retient le CO2 absorbé tout au long de la vie de l’arbre avant qu’il ne soit coupé et l’empêche de retourner dans la nature. Selon l’un des architectes norvégiens, si l’on abat un arbre « au bon âge », alors qu’il a pratiquement absorbé la quantité maximale de CO2 et n’est plus en mesure de pousser, la meilleure solution consisterait à l’utiliser comme matériau de construction. De cette manière, avec des techniques qui lui garantissent une longue durée de vie, on maintiendrait le CO2 hors de l’atmosphère pour les générations futures …

En outre, ce matériau de construction s’avère moins cher, les demandes de nouvelles constructions en bois étant en train d’affluer, la concurrence est occupée à largement se développer faisant ainsi baisser les prix.

A côté de l‘aspect durable, c’est le besoin de bien-être qui est ici satisfait, le bois procurant en nous un sentiment de chaleur et de confort.

Les inconvénients de cette nouvelle tendance constituent en réalité des incertitudes : comment ces constructions plus durables vont-elles évoluer au fil des années et des générations, sous le poids des conditions climatiques et de l’humidité? En qu’en est-il des risques d’incendies? Si l’on prend l’exemple du projet prévu pour la ville d’Anvers, ce dernier a reçu les autorisations nécessaires à condition que l’on prévoie une structure de soutènement en béton. Toutefois, des recherches sont en cours afin de remédier à ce dernier inconvénient et on peut faire confiance à cette nouvelle technologie et à son évolution constante qui amènent certains experts à dire que les techniques de lamellé-collé offrent aujourd’hui des résistances mécaniques et au feu semblables à celles du béton (*).

Durabilité, gains écologiques et financiers, chaleur et confort, si le bois lamellé-croisé provient en outre de forêts gérées durablement  (critère FSC), c’est tout bénéfice pour l’humain et la nature !

En parallèle, l’habitat léger, avec la tiny house comme référence, fait de plus en plus parler de lui et s’immisce dans l’esprit de pas mal de monde comme alternative parfaite aux prix exubérants du marché immobilier. En outre, si le facteur prix peut s’avérer décisif, il s’agit surtout de la recherche d’un autre mode de vie, davantage en accord avec les valeurs qui accompagnent la transition écologique et le souhait d’être plus proche de la nature.

Consommer mieux, acheter moins et vivre au plus proche de la nature … n’est-ce pas là le prochain crédo des années à venir ?

Rdv au prochain article afin d’en savoir plus sur la manière dont la réglementation belge accueille la nouvelle tendance de l‘habitat léger

 

Sources: www.lecho.be/sabato/architecture/le-premier-gratte-ciel-en-bois-de-belgique-sera-construit-a-anvers/10222535.html

(*) https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/climat/36-immeubles-de-grande-hauteur-en-bois-construits-en-france_107553

Photos: 1. projet d’immeuble à Anvers; 2. le Oakwood Timber Tower à Londres; 3. le Palazzo Méridia à Nice; 4. une des tiny house de la société Baluchon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *