Une robe pas chère vaut-elle une vie de misère? L’Ethiopie: le nouvel Eldorado de l’industrie de la fast fashion !


Slow Fashion / lundi, juin 3rd, 2019

Le Bangladesh

Vous n’êtes évidemment pas sans connaitre le Bangladesh, réputé pour être l’atelier textile du monde entier où les prix de la confection défient toute concurrence ! Ce dernier s’est d’ailleurs fait dramatiquement connaitre lors de l’effondrement du Rana Plaza il y a cinq ans, bâtiment situé près de Dacca qui abritait 6 usines et dont l’écroulement a fait plus de 1100 victimes, pauvres petites mains ouvrières sacrifiées au nom de la fast fashion. Au lendemain de la catastrophe, des promesses ont été lancées, des mesures fut prises … mais que sont-elles devenues cinq ans plus tard? Suivant un rapport (du Center for Global Workers’Rights), la pression sur les prix et les livraisons serait devenue … pire qu’avant l’écroulement ! Les engagements éthiques des grandes marques clientes de ces ateliers se sont surtout avérés être une stratégie de communication visant à davantage nous rassurer qu’à introduire de réels changements. A l’époque, le gouvernement bangladais avait, sous la pression internationale, modifié sa législation du travail. Ces modifications ne seraient plus d’actualité aujourd’hui. Outre des avancées réalisées en matière de sécurité des bâtiments et des travaux de rénovation des ateliers, les salaires bangladais restent parmi les plus bas du monde et le harcèlement des militants syndicaux seraient monnaie courante … (1)

 

L’Ouzbékistan 

Il est l’un des pays les plus grands producteurs de coton. Mais saviez-vous que le gouvernement ouzbek a en réalité recourt au travail forcé? En effet, les agriculteurs seraient tenus de produire du coton pour l’Etat et ce, souvent à perte ! De même, de nombreuses personnes (agriculteurs ou non), et souvent même des enfants, seraient obligées de travailler dans les champs de coton et dans des conditions misérables ! La répression envers les journalistes et les protecteurs des droits humains est sévère (on fait référence à du harcèlement, des agressions et des détentions arbitraires), ce qui complique tout témoignage ou fuite vers l’extérieur (2).

 

L’Ethiopie

Le saviez-vous? L’industrie textile vit actuellement un plein boom en Ethiopie ! Le Bangladesh ainsi que la Chine sembleraient avoir perdu leur exclusivité en terme de main d’oeuvre docile et pas chère. La raison en est qu’il apparait que les ouvriers éthiopiens seraient les moins bien payés du monde ! En effet, leur salaire mensuel ne dépasse pas le prix moyen d’un pull ou d’une robe issue d’une enseigne de la fast fashion: 23 euros. Pas étonnant dès lors que le gouvernement éthiopien ait pu séduire les investisseurs étrangers en leur promettant des coûts salariaux trois fois moindres que ceux pratiqués au Bangladesh ! Selon une étude récente, les salaires bangladais s’élèveraient à 95 dollars, ceux des kenyans à 207, tandis que les chinois en sont à 326 dollars. Les 23 euros éthiopiens défient effectivement toute concurrence … (3)

 

Et si nous devenions des consomm’acteurs en optant pour une mode éthique et responsable?

 

(1) https://www.liberation.fr/planete/2018/04/24/bangladesh-cinq-ans-apres-le-drame-du-rana-plaza-l-heure-du-bilan

(2) https://www.hrw.org/fr/news/2017/06/27/ouzbekistan/travail-forcé-dans-le-cadre-de-projets-financés-par-la-banque-mondiale

(3) https://www.le monde.fr/afrique/article/2019/05/08/en-ethiopie-les-petites-mains-de-h-m-ou-calvin-klein-gagnent-23-euros-par-mois; www.francetvinfo.fr/monde/afrique/ethiopie/ethiopie-les-salaries-du-textile-sont-les-moins-bien-payes-du-monde-selon-une-etude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *